La reconnaissance au coeur de l’entreprise

La reconnaissance est, à mes yeux, un formidable levier pour fidéliser les équipes

À la sortie de 2 années de pandémie, la chambre de commerce de ma région a organisé une soirée reconnaissance, célébrant les années d’existence des entreprises locales et les bons coups des employeurs pour pérenniser leurs activités. Elle leur a aussi offert l’opportunité de reconnaitre leurs employés.

C’est donc avec beaucoup d’intérêt et de curiosité que j’ai écouté les reconnaissances transmises par plusieurs employeurs. Cependant, ce qui m’a le plus marqué est l’absence totale de témoignages de l’un des employeurs phares de notre région, envers des employés qu’il avait invités à cette soirée. Pourtant, cet employeur se vante de savoir reconnaitre ses employés.

J’ai donc eu l’envie de vous parler de la reconnaissance, la vraie.

La reconnaissance au travail est un élément essentiel pour préserver et construire l’identité des individus, donner un sens à leur travail, favoriser leur développement et contribuer à leur santé et bien-être.Il s’agit d’un besoin fondamental de tout être humain, peu importe sa position dans l’organisation, qu’il s’agisse de l’employé, du gestionnaire et même du dirigeant employeur-entrepreneur.

 

Si vous doutez de l’intérêt de pratiquer la reconnaissance, voici les réponses à des questions basiques que vous vous posez certainement :

 

Pourquoi reconnaitre

  • Parce que c’est un besoin ressenti par tous

Comme je l’ai présenté dans mon blogue sur la Pyramide de maslow, la reconnaissance est la fondation de l’estime de soi. Elle correspond au 4e besoin.

Tout être humain a besoin d’être reconnu dans son entièreté, qu’il soit ici employé ou employeur.

  • Pour redonner de la vigueur à l’engagement de vos employés

Dans notre vie professionnelle, comme dans notre vie personnelle, la reconnaissance est un carburant indispensable pour nous maintenir en action, motivé et engagé.

  • C’est l’occasion de remercie vos équipes pour leur travail

Parce que sans vos employés, vous n’êtes rien d’autre qu’un travailleur autonome, vous montrez ainsi que vous appréciez le travail effectué par vos employés et leur contribution aux succès de l’entreprise tout au long de l’année.

  • Pour fidéliser les employés

Déjà en 2014, une étude mondiale menée par Boston consulting group sur plus de 200 000 employés rapportait que l’élément le plus important dans leur travail est de se sentir apprécié

 Près de 10 ans plus tard, cette réalité s’est accentuée.

  • Pour protéger la santé psychologique les employés

Selon une étude, les employés recevant un niveau élevé de reconnaissance de la part de leur gestionnaire vivent moins de détresse psychologique (33 %) que ceux qui en reçoivent peu (67 %)1. Les pratiques de reconnaissance constituent ainsi de saines habitudes de gestion à renforcer au sein des entreprises.

 

Quoi reconnaitre 

La reconnaissance doit avant tout s’inscrire dans l’ADN de la culture d’entreprise et dans les pratiques courantes de gestion des ressources humaines.

Pour être crédible et avoir du sens, elle doit s’appliquer à des sujets clairs, établis et connus de tous.

Les plus courants sont les suivants :

  • Reconnaitre la personne

On parle ici de reconnaitre l’individu, la personne.

Il s’agit de créer une relation de confiance permettant d’exprimer un intérêt, pouvant toucher l’aspect privé de l’employé, sans que ce dernier ne le perçoive comme une forme de harcèlement. Elle montre aux individus qu’ils existent et qu’ils sont appréciés pour leur valeur en tant qu’être humain.

  • Reconnaitre les résultats

Il s’agit là de reconnaitre les résultats mesurables et observables du travail. Ils doivent néanmoins avoir fait l’objet d’objectifs clairs, établis avec l’employé, au début de l’année fiscale de l’entreprise. La reconnaissance s’exprime alors sous la forme d’une récompense pouvant être financière ou sous forme de développement ou de promotion.

  • Reconnaitre l’effort

Les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des efforts fournis par les équipes ou les individus. Il est alors d’autant plus important de reconnaitre l’investissement personnel de chacun car cela va contribuer à motiver les équipes pour atteindre les prochains objectifs malgré d’éventuels échecs.

  • Reconnaitre les pratiques de travail

Cette reconnaissance s’intéresse à la façon dont le travail est exécuté et à la qualité du résultat final. Cependant elle doit rester avant tout constructive. Cette reconnaissance s’appuie donc sur le respect de procédures qui sont claires et accessibles en tout temps par l’employé.

De qui doit venir la reconnaissance

  • De l’employeur

Il est le pourvoyeur de l’emploi. Sa satisfaction est indispensable aux yeux de l’employé, car elle contribue à assouvir son besoin de sécurité d’emploi.

  • Des collègues employés

Cette reconnaissance valide l’appartenance au groupe formé par l’ensemble des employés. Les membres d’une même équipe sont de potentielles sources de reconnaissance importantes puisqu’ils se côtoient de façon quotidienne dans le cadre du travail. Ils sont ainsi en mesure de constater et de souligner les bons coups, les efforts et les qualités des uns et des autres.

  • Des acteurs externes

Cette reconnaissance provient de ceux qui reçoivent les services de l’employé (les clients) ou qui interagissent avec lui (partenaire, fournisseur, etc.).

Comment doit s’exprimer la reconnaissance

La reconnaissance peut s’exprimer de différentes façons et tenir compte de la réceptivité de chacun. En effet, certaines personnes sont plus sensibles aux marques formelles tandis que d’autres préfèrent une approche plus informelle.

Elle doit répondre à certains critères :

  • La sincérité : elle doit être authentique et véritable.
  • La légitimité : la reconnaissance apparaît juste et appropriée à la situation.
  • La spécificité : elle souligne un élément précis plutôt qu’une caractéristique générale.
  • La personnalisation : elle s’adapte aux préférences et à la sensibilité de la personne ciblée.
  • La réactivité : elle s’exprime rapidement après l’événement et l’acte apprécié.
  • La proximité hiérarchique : elle doit être offerte par un gestionnaire de proximité.
  • La variabilité : il est important d’offrir différents types de reconnaissance.

Conclusion

Il y aurait encore beaucoup à dire sur la reconnaissance. Néanmoins, si vous ne deviez retenir que 3 éléments de ce blogue, ce doit être :

1/ elle doit s’inscrire dans l’ADN de votre entreprise. Chacune des personnes dans l’organisation est le porte flambeau de la reconnaissance, qu’il s’agisse de l’employeur (entrepreneur ou dirigeant), des gestionnaires ou des employés eux-mêmes. Cela doit être un objectif à atteindre par tous.

2/ elle doit respecter les principes suivants :

  • Être sincère
  • Être spontanée
  • Être personnalisée
  • Être précise

3/ la reconnaissance doit s’exprimer à travers 4 aspects :

  • Reconnaitre la personne
  • Reconnaitre les résultats
  • Souligner les efforts
  • Reconnaitre de la pratique

La reconnaissance est une attitude à cultiver. C’est également une habilité à développer, à la fois chez les gestionnaires, chez les dirigeants, mais aussi chez les employés.

Finalement, n’oubliez pas que la reconnaissance est un besoin fondamental ressenti par tous. Si vous lisez ce texte et que votre gestionnaire ou votre dirigeant-entrepreneur se distingue par son leadership et ses belles pratiques envers ses ressources humaines, n’hésitez pas à les reconnaitre eux aussi.

Pour savoir ce que vos collaborateurs pensent de vos pratiques de reconnaissances, posez-leur la question lors d’une enquête de satisfaction.

Pour mettre en place des pratiques de reconnaissance dans votre entreprise, contactez-nous.

Vous avez déjà quelques démarches de reconnaissance! Mais vous aimeriez pousser l’exercice plus loin en développant une démarche de reconnaissance intégrative? Passez à l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*